C’est dans le contexte de la formation d’un État luxembourgeois indépendant et de l’émergence d’un sentiment national que plusieurs citoyens luxembourgeois se sont associés pour fonder la « Société pour la recherche et la conservation des monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg ».  Autorisée par l’arrêté royal grand-ducal du 2 septembre 1845, la « Société archéologique » avait pour but de collectionner et de préserver les vestiges du passé national. Son premier président fut le juriste et historien François-Xavier Wurth-Paquet. Lorsqu’en 1868 l’Institut royal grand-ducal a été créé, elle est devenue la section des sciences historiques au sein de cette institution qui regroupe aujourd’hui six sections différentes. 

Depuis sa fondation, la Section historique a rassemblé une importante collection d’objets historiques et archéologiques, de manuscrits et de livres. Ces collections ont été successivement déposées au Musée national, aux Archives nationales et à la Bibliothèque nationale. Ces fonds restent la propriété de la Section historique.

Depuis sa fondation, la Section historique a rassemblé une importante collection d’objets historiques et archéologiques, de manuscrits et de livres. Ces collections ont été successivement déposées au Musée national, aux Archives nationales et à la Bibliothèque nationale. Ces fonds restent la propriété de la Section historique.

Liste des présidents